Foire aux questions

QUESTIONS DIVERSES À PROPOS DU BREVET DE PARACHUTISTE PROFESSIONNEL

1 - Doit on se préparer aux épreuves théoriques en participant a un stage ?

Le stage dit "de révision",  est un stage non obligatoire pour se présenter aux épreuves théoriques du Brevet de Parachutiste Professionnel. C'est un stage de révision et de préparation fait en s'appuyant sur la correction des annales des quinze dernières années. Ce n'est pas un stage de formation même si sur les plans réglementation, météo, connaissance des matériels anciens, largage, centrage et espace aérien vous sont données des informations et des connaissances qui n'ont pas cours ou ne sont pas nécessaires dans le parachutisme sportif ou de loisir.

Pour des candidats qui travaillent dans le parachutisme et qui ont un bon niveau de connaissances générales et para, ce stage n'est pas nécessaire. Cependant il a été constaté que beaucoup de candidats titulaires du BEES qui ne s'étaient pas préparés avec sérieux, avaient échoué aux épreuves théoriques. Cela vient probablement de l'idée souvent colportée que le niveau du brevet de parachutiste professionnel est très faible et qu'il suffit de s'y présenter pour être reçu avec les connaissances mêmes acquises depuis longtemps pour un simple "brevet fédéral".

Il en est de même pour les épreuves en vol que beaucoup dénigrent, mais pour lesquelles des parachutistes, s'estimant confirmés et considérés comme étant de bon niveau, ont là encore échoué.

Il faut également réviser les connaissances arithmétiques et mathématiques élémentaires pour ce stage où fréquemment des candidats ont des difficultés dans des calculs élémentaires en météo, en aérodynamique, en largage et en centrage.

Il est conseillé aux candidats qui ont les disponibilités financière et professionnelle de suivre cette préparation. Ce sera immanquablement un plus non négligeable vis à vis d'épreuves toujours plus précises et pointues (82% de reçus contre 60% de ceux n'ayant pas participé au stage).

2 - Doit on être membre du SNPP pour participer a un "stage de révision" ?

Il n'est absolument pas obligatoire d'être membre du SNPP pour suivre un stage de révision. Par exemple chaque année un nombre de plus en plus important de militaires en activité de service y participe. Ces personnes en raison de leur statut ne peuvent être membres d'un syndicat même si comme le SNPP, il est professionnel, apolitique et totalement différent des centrales syndicales.

Pour les personnes qui désirent vivre en professionnel du parachutisme, le SNPP pourra leur être utile dans de nombreuses situations et dans de multiples domaines. (Démarches administratives, installation, création d'entreprise ou de société, assurance contractée au niveau du syndicat, prêt de matériels, informations dans de nombreux domaines, regroupement dans l'exploitation d'aéronefs, etc. …).

3 - Quelles sont les démarches à entreprendre pour

3a - l'inscription au stage "de février" ?

L'inscription à la période de huit jours de préparation à la partie théorique de l'examen et qui a généralement lieu en février, doit se faire dès la parution des dates dans la presse spécialisée ou dans "PARA PRO INFO" bulletin d'information des membres du SNPP.

Il suffit de téléphoner ou d'envoyer un Email au siège social du SNPP pour recevoir le dossier d'inscription qu'il faut remplir et renvoyer accompagné des pièces requises dans les délais fixés au moins, ou le plus tôt possible en raison du nombre limité de places (voir plus haut fin du § 2).

Le dossier d'inscription (demande type, consignes et contrat) est envoyé contre une enveloppe A4 affranchie à 2 Euros.

3b - les inscriptions aux épreuves théoriques et pratiques ?

L'inscription à la partie théorique de l'examen se fait individuellement auprès du bureau des examens de la DGAC. Fiche_inscription_parachutiste_photographe_navigant_prof PRAT_PARA_12_Avril_2016

Quant à l'inscription aux épreuves de la partie pratique, elle se fait également individuellement par le candidat quand il s'estime prêt aux tests en vol. C'est une demande sur dossier adressée auprès du Bureau de Examens de la DGAC/DSAC (sous direction des Personnels Navigants/Examens). PRAT_PARA_12_Avril_2016

Cette demande doit être accompagnée de l'attestation de réussite aux épreuves théoriques, du certificat médical d'aptitude de personnel navigant de classe 1.

Le numéro de la carte de parachutiste professionnel stagiaire est à noter sur le dossier, d'où la nécessité d'avoir obtenu cette carte préalablement à la demande d'examen en vol.

3c - l'obtention de la carte de parachutiste professionnel stagiaire ?

Cette carte  de Parachutiste Professionnel Stagiaire est délivrée par le bureau des licences DGAC/DSAC. Elle est obtenue en fournissant l'attestation de réussite aux épreuves théoriques et le certificat médical d'aptitude de personnel navigant de classe 1.

4 - Doit-on être déclaré comme parachutiste professionnel stagiaire ?

Le statut de parachutiste professionnel stagiaire ne peut s'obtenir que lorsque le candidat a été déclaré apte médicalement à la classe 1 du Personnel Navigant après la visite de première admission dans un CEMPN (Centre d'expertise médicale du personnel navigant).

La demande est à envoyer à la DGAC, bureau des Licences, accompagnée du certificat médical d'un justificatif d'identité (remplaçant la fiche individuelle d'état civil), et deux photos d'identité. Il est obligatoire que l'activité faite avec la carte de parachutiste professionnel stagiaire soit réalisée sous la responsabilité d'un Instructeur de Parachutistes Professionnels.

5 - Avec qui, quand et où passe-t-on les épreuves en vol de la partie pratique ?

Pour ces épreuves, le Bureau de Examens de la DGAC/DSAC (sous direction des Personnels Navigants/Examens) désigne un instructeur examinateur quand le candidat est prêt pour les réaliser.

La date des épreuves ainsi que le lieu et les moyens aériens sont à arrêter d'un commun accord entre le candidat et l'examinateur. (Voir Consignes Tests en vol PA)

6 - Qu'est-ce que le Registre C ? – Doit-on obligatoirement s'y inscrire et où doit-on s'y inscrire ?

Le registre C pour les Parachutistes Professionnels est comme le registre du commerce ou celui des métiers. L'inscription à ce registre est obligatoire pour les Parachutistes Professionnels employés (même si on est son propre employé dans le cadre d'une EURL ou d'une SARL) afin d'avoir accès à la caisse de retraite du Personnel Navigant.

Inscription_registre_PN  & Note_explicative_inscription_registre_rev6

7 – Avantages et Inconvénients de la licence de Parachutiste Professionnel

Inconvénients

• Les charges sociales sont plus élevées pour l'employeur et  pour le salarié.

• Le régime personnel navigant (P.N.), n'inclut pas les travailleurs indépendants.

• Les difficultés psychologiques du travail au quotidien dans un système qui applique les règles de la fédération française de parachutisme.

• Le coût et les difficultés de l'entretien de la licence et des matériels nécessaires à l'activité.

Avantages

• Liberté et droit d'exercice sous toutes ses formes avec tous les matériels disponibles dans le monde.

• Pouvoir être rémunéré pour tous types de sauts et de largages hors du cadre des sauts sportifs effectués sous l'autorité du Ministère de la Jeunesse et des Sports en application de l'Arrêté du 09/12/1998..

• Droits réservés des baptêmes de chute libre en parachute biplace sous arrêté de manifestations aériennes.

• Pas de limite d'âge et de nécessité de certificat médical pour les passagers des sauts en parachute biplace.

• Pas d'avis technique extérieur sur le choix des zones de sauts occasionnelles pour les sauts hors aérodrome ou de manifestation aérienne.

• Possibilité d'effectuer des prises de vues vidéo photographiques des sauts en étant rémunéré et sans être photographe professionnel.

• Le régime de retraite du P.N. permet de s'arrêter dès 50 ans avec 15 années minimum de cotisations (la retraite proportionnelle est possible à partir de 50 ans d'âge et de 15 ans de cotisations, la retraite pleine se prend à partir de 50 ans d'âge et 25 ans de cotisations).

• Les accidents aériens, y compris ceux en chute et sous voile, sont classés accidents de travail.

• Un régime de prévoyance complète les cotisations jusqu'au terme normal du temps de travail en cas d'interruption prématurée de l'activité.